Des lumières sur le livre des organisations régionales
Pour Soufan Jeoseph Akef.

Organisations régionales: définition, divisions et leurs relations avec les organisations internationales
Définitions initiales:
Une organisation régionale est un organe établi par un groupe de pays dans le but de coopérer et de se coordonner dans un ou plusieurs domaines, et pour atteindre des objectifs communs pour les États membres, quels que soient le nombre et la diversité des organisations, il y a des objectifs principaux . Commun à toutes les organisations limitées à près de quatre axes:
Solidarité entre États, coopération et coordination dans les domaines économique et social, et discussion des problèmes de stabilité et de libération nationale.
Les organisations régionales peuvent être divisées en termes de compétences en organisations publiques qui mènent des activités multiples et différentes, telles que des activités économiques, politiques, culturelles et sociales, telles que l’Organisation de l’unité africaine, la Ligue des États arabes, l’Union européenne, le Organisation des États américains, Organisation de l’ANASE sur le continent asiatique et autres, et organisations spécialisées dans une activité spécifique, telles que l’Organisation arabe du travail, et organisations spécialisées dans le domaine économique, telles que le Fonds monétaire arabe, etc.
Peut-être convient-il d’essayer de faire la lumière sur les relations entre les organisations régionales, les organisations internationales et les membres des organisations régionales.
A- La relation entre les organisations régionales et les organisations internationales.
Il convient de noter que ceux qui ont rédigé la Charte des Nations Unies ont compris l’importance des liens régionaux entre certains États membres. Par conséquent, dans le contexte du règlement pacifique des différends, la Charte renvoie certaines de ses dispositions aux relations organisationnelles entre l’organisation internationale et les organisations régionales. Par conséquent, l’article 52 de la Charte stipule:
1- Rien dans la présente charte n’empêche la création d’organisations ou d’agences régionales traitant des questions liées au maintien de la paix et de la sécurité internationales, lorsqu’une action régionale est appropriée, tant que ces organisations ou agences régionales et leurs activités sont compatibles avec les objectifs et principes des Nations Unies.
2- Les membres des Nations Unies appartenant à ces organisations ou quiconque en est composé doivent œuvrer au règlement pacifique des différends internes, par l’intermédiaire d’organisations régionales ou d’agences régionales, avant leur présentation au Conseil de sécurité.
3 – Le Conseil de sécurité devrait encourager la diffusion d’une solution pacifique aux différends locaux à travers ces organisations régionales ou à travers ces organes régionaux à la demande des Etats concernés pour renvoi au Conseil de sécurité.
À la lumière de ces textes, les différends internationaux peuvent être résolus pacifiquement, dans le cadre d’organisations régionales telles que: la Ligue des États arabes, l’Union africaine, l’Union européenne, l’Organisation des États américains et l’Organisation de l’ANASE sur le continent asiatique .
L’agglomération régionale est devenue l’une des caractéristiques distinctives de la communauté internationale contemporaine, surtout après l’émergence d’institutions et d’agences exprimant des organisations régionales qui visent à réaliser l’unité régionale et les intérêts des membres de ces organisations. Et il joue un rôle efficace dans le règlement des différends qui surgissent entre les États membres de l’organisation régionale, étant donné la profondeur des liens qui existent entre ces pays, qui sont inclus dans la Charte de la Société des Nations à l’article (21) et ce qui est confirmé par la Charte des Nations Unies à l’article (52). En ce qui concerne les règles générales établies par le droit international à l’égard des organisations internationales en général, si elles concernent l’établissement de l’organisation, sa juridiction ou ses branches, ses relations avec les organisations internationales ou l’organisation interne de ces organisations.
B – appartenance à des organisations régionales et responsabilité des membres:

Le processus de sélection des membres des organisations régionales est régi par les règles suivantes:
1- Répartition équitable afin que tous les pays soient représentés dans l’organisation.
2- La capacité de l’Etat membre à contribuer à la réalisation des objectifs de l’organisation.
À l’UNESCO, par exemple, des personnalités éminentes de diverses disciplines scientifiques, telles que les arts, l’éducation, la science, la sociologie, etc. sont élues, et l’accent est mis sur leurs capacités intellectuelles à diffuser des idées et leur influence régionale.
3 La composition des branches des organisations régit la représentation des gouvernements de ses Etats membres, et elles sont choisies par leurs gouvernements, à l’exception de certaines organisations spécialisées dont les membres sont choisis pour leur compétence et leurs qualités personnelles.
4- La responsabilité des travailleurs dans les organisations régionales est régie par la nature des tâches que chacun d’eux accomplit, et les effets du comportement que le représentant de l’État exerce dans l’organisation vont au gouvernement par lequel il a été envoyé, tandis que la responsabilité de les actions des employés internationaux incombent à l’organisation elle-même, donc si le représentant de l’Etat a voté dans l’organisation au nom de son pays, ce dernier a été interrogé à son sujet, tandis que les voix des représentants de l’Etat dans les différentes branches des organisations se traduisent par une décision collective qui le renvoie à l’organisation, conformément aux règles internationales, et aux chartes internationales précisent, explicitement ou implicitement, le statut juridique de leurs employés, tandis que les lois fonctionnelles définissent le système juridique des représentants de l’État.
En termes d’immunité diplomatique, les représentants des États dans les organisations régionales ne bénéficient pas d’immunités. Quant aux salariés internationaux, ils bénéficient d’une immunité absolue, quelle que soit leur nationalité, étant donné que les salariés internationaux travaillent pour l’intérêt collectif commun, et leur activité s’étend aux intérêts des Etats membres. États membres, ils appartiennent plutôt à l’organisation régionale seule, ce qui conduit à l’indépendance du salarié international face à l’État dont il a la nationalité face aux autres pays, et la nomination du salarié international n’est pas nécessaire pour obtenir le l’approbation de son pays, bien que les Etats membres exercent des pressions sur les organisations régionales pour empêcher la nomination de leurs ressortissants sans obtenir son approbation.
Dr. Ahmed al-Najjar

Close Bitnami banner
Bitnami